Hygrophore limace

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hygrophorus latitabundus ou Hygrophore limace

Noms vernaculaires : baveux, morvelous, museau de chat.

Chapeau : brun foncé au centre allant, en s'éclaircissant vers le bord, très gluant. Peut atteindre un diamètre de 12/15 cm.

Lames : d'un beau blanc, espacées.

Pied : blanc avec effet floconneux. Souvent assez massif.

Odeur : légère d'amande amer.

Habitat : sur terrain calcaire, forêts de pins ou pins et chênes mêlés plutôt humides.

Bon comestible

Hygrophore latitabundus

Une petite vidéo pour se familiariser avec cette espèce :

L'hygrophore limace

L'aspect visqueux de ce champignon comestible, et ses appellations selon les régions où il pousse, de gluant, baveux ou morvelous en Provence, ne le sert pas vraiment, c'est pourtant un met excellent, qui peut se marier aux poêlés avec toutes les autres espèces.

Cependant se sera particulièrement dans toutes les viandes que vous préparerez en sauce, qu'il trouvera sa place de prédilection, amenant de plus, le petit côté liant et unique à cette espèce de champignon baveux. C'est plus particulièrement avec la blanquette de veau, avec laquelle il va à merveille, que sa saveur sera la plus appréciée. J'en voit qui grimace ? Vous ne grimacerez plus après avoir goutté à un mijotée avec des hygrophores limaces, parole de cuisinier ! Il est à noter que certains amateurs vous préconiseront de retirer la peau du chapeau, mais cela n'est absolument pas nécessaire, et je vous direz même que pour ma part, je ne risque pas de retirer cette partie, qui représente à mes yeux un atout supplémentaire, tant au niveau gustatif que visuel.

La teinte de base de son chapeau, pourra varier en clarté, selon l'humidité ou l'exposition du morvelou, mais elle restera traditionnellement comprise, dans les tons bruns très clairs, à bruns très foncés, plus marquée au centre, pour aller en s'estompant en dégradé, vers les bords. La taille de la tête variera entre deux et quinze centimètres, convexe les premiers temps de sa vie, puis plat avec l'âge. La viscosité dépendra là encore, comme pour la couleur, de son expositon, beaucoup plus prononcée dans les fouillus ombragés, que lorsqu'il bénéficiera de la lumière du soleil. Les lamelles sont espacées légèrement, mais assez notablement toutefois, pour que cela soit un critère d'identification important, par rapport aux autres espèces. Elles seront aussi plus épaisses, et d'un blanc immaculé. Le pied de ce champignon est très ferme, robuste et dense, laissant voir un effet de copeaux à sa base et d'un blanc assez vif, similaire aux lamelles. La chair est elle aussi bien ferme, et très blanche.

Photos de champignons baveux

L'hygrophore limace adulte Encore tout jeune à peine sorti de terre
L'hygrophore mature Champignon baveux encore jeune

La photo de ces deux specimens ci-dessous, vous donnera un aspect visuel supplémentaire, pour reconnaître cette espèce. Elle a était prise dans une pinède assez dégagée, où le solleil pouvait les éclairer une bonne partie de la journée, ce qui a eut pour effet, d'entraîné la quasi disparition des sécrétions baveuses, et un léger craquellement des bords, du au dessèchement.

Autre situation possible pour les identifier
Champignons photographiés dans une pinède de Provence

Accueil

 

Ici un bel exemplaire de baveux bien charnu avec son chapeau encore bien enroulé, à ce stable ce sont à mon goût les meilleurs.

Hygrophorus latitabundus

Ici notre champignon baveux au pied de l'arbre avec lequel il crée une symbiose, le pin.

Champignon baveux