Mise en garde importante : attention, la famille des agarics comporte de nombreux spécimens toxiques pouvant parfois fortement ressembler à des agarics comestibles. Dans beaucoup de cas seule une étude microscopique pourra en déterminer la véritable espèce. Soyez prudent et ne consommer que ce dont vous aurez fait vérifier la comestibilité par un spécialiste.

Sporée agaric

 

Couleurs des sporées d'agarics :

brun jaunâtre à brun noirâtre.

Agarics

La famille des agarics regroupent un grand nombre de champignons qui pour beaucoup sont de bons comestibles. Le plus populaire d'entre eux est sans nuls doutes l'agaric champêtre (agaricus campestris) le fameux rosé des prés qui dégage un agréable odeur anisée et qui en quelque sorte notre champignon de Paris en version sauvage. Le rosée des prés possède lui aussi un anneau qui toutefois est moins important et qui disparaît quasiment lorsque le champignon à commencé à se développer. Cependant, quelques agarics peuvent être confondus avec ce dernier, notamment l'agaric bernardii qui ne le vaut pas au niveau gustatif mais qui reste tout de même un comestible correcte. L'agaric des bois, ou encore l'agaric des jachères surnommé boule de neige sont aussi très durs à différencier du rosée des prés, ce sont cependant des comestibles appréciés. Il faudra être très vigilant lorsque l'on récolte des agarics du style rosée et autres agarics comestibles, car l'un d'entre eux, l'agaric jaunissant (agaricus xanthodermus) s'avère toxique. Il n'est en général pas dur à identifier, car au simple touché il se met à jaunir très nettement à chaque endroit ou il y aura eu contact avec vos doigts, que se soit au pied ou au chapeau. AgaricsCi-contre nous voyons ce que beaucoup prendraient à s'y méprendre pour des rosées des prés, il n'en pourtant rien, car la grandeur importante de l'anneau visible sur les deux plus jeunes exemplaires nous indique plutôt que l'on sois en présence d'agarics bernardi. Les agarics d'aspects blancs (pied et chapeau) sont donc très durs à différencier sans études au microscope, soyez prudent en cas de jaunissement comme vue plus haut, laissez les sur place car très probablement vous serez face à l'agaric jaunissant.

Le rosée des prés

Rosée des présagaric champêtre

 

 

 

 

 

Ci-dessus le populaire rosée des prés avec l'anneau qui a totalement disparut. Jeune, ses lames sont aussi blanches ocrées à rosée, pour devenir marron foncée à maturité, comme chez la plupart des agarics. (Cliquez sur les photos pour les agrandir elles s'ouvriront dans une nouvelle fenêtre). Comme son nom l'indique, ses biotopes favoris sont les près, parcs et jardins herbeux.

Quitte à me répéter, seul un mycologue ou une personne ayant une très grande expérience de ce champignon, pourra différencier les rosées des prés (agaric champêtre) des très nombreuses autres variétés parfois non consommables, d'agarics blancs.

Agaric blanc

Ici encore une autre espèce, vous pouvez donc constater la complexité du genre Agaricus. Ce sont les plus durs à distinguer les uns des autres.

Agaricus

Agaric des forêts

Après les agarics blancs voyons les agarics marrons beiges, qui comportent aussi de bons comestibles. Ici aussi on écartera tous spécimens qui jaunira au touché ou à la coupe, signe de toxicité. Un des plus connu est sans doutes l'agaric des forêts ou agaricus silvaticus un bon comestible qui vaut bien le rosée des prés. On le rencontre le plus souvent en bordures et orées des bois sous conifères mais il n'est pas exclut de le trouver sous feuillus. Il apparaît généralement vers la fin de l'été pour disparaîrtre avec les premières gelées.

Agaric des forêtsagaricus silvaticus

On peut observer ci-dessus à gauche (cliquez pour agrandir) que le chapeau à maturité est de couleur ocre à marron fauve et qu'il comporte de petites mèches significatives. Généralement on se situera sur 4 à 10 cms de diamètre, ce n'est pas un champignon qui devient très grand. Comme chez les espèces blanches, les lames sont serrées et minces, rosées jeunes pour finir par devenir marron très foncées. L'anneau du pied est fin, très fragile si bien qu'il peut disparaître assez vite même au touché, Cette anneau est blanc puis brunissant avec l'age du champignon. Comme pour les agarics blancs il faudra être expérimenté pour séparer les espèces marrons les unes des autres. Pour ma part je me contente de seulement contempler, d'autres comestibles comme les girolles, chanterelles, cèpes ou lactaires sanguins sont tellement plus savoureuses et surtout facilement identifiables.

Agaric marronAgaric mature

Pour l'identifier le meilleur moyen est encore de pratiquer une coupe transversale du champignon, d'attendre 5/10 minutes et de constater que la chair d'abord blanche rosit ou rougit par endroits chez les jeunes exemplaires, cette teinte pourra être plus brunâtre chez les sujets plus matures.

Les agarics sont présents de juin à novembre en fonction des régions.