Le lactaire sanguin

Ce champignon comestible dégage une grande saveur, en général on l'aime ou on le déteste, pour ma part, sa consistance ferme en bouche, ne me sied pas du tout. Il est nommé de plusieurs façons selon les régions de provenance. Il sera ainsi appelé, lactaire vineux, rougeaud, rouge ou encore champignon sanguin dans la plupart des cas. Le chapeau, orange-rougâtre à blanc cassé, parfois tacheté de verdâtre, est marqué de cercles concentriques de même couleur mais un peu plus sombres. La forme varie en fonction de la maturité, plat chez les jeunes sujets, et prenant parfois une forme d'entonnoir ou de corolle irrégulière avec l'âge.

Sa circonférence ira de de deux à quinze centimètre, parfois jusqu'à dix huit pour les lactaires sanguins les plus vieux. Les lamelles roses-rouge à violacées, sont serrées et denses et auront tendances à verdir aux traumatismes et cassures. Son pied est dans la plupart des cas, de la même couleure que le chapeau, à peine plus clair et parsemé de petites fossettes plus foncées, qui permettent de bien le reconnaître. Quelques rares fois, il pourra avoir cependant une teinte différente au chapeau, comme vous le verrez sur les photos éditées plus bas. Un autre critère d'identification très pertinent pour cette espèce, sera notamment les traces rouges presque couleur sang du serum, qu'il laissera sur les doigts. Considéré par beaucoup d'amateurs comme fameux, on le consommera de préférence poêlé, parsemé d'un peu d'ail haché et d'herbes de Provence, en accompagnement des viandes grillées, avec lesquelles il se marie à merveille. 

Photos de sanguins

Vue sur le chapeau Les traces spécifiques sur les doigts et mains
champignon sanguin vue du dessus Visualisation des traces du sérum rouge sang
Un tapis de mousse fraîche, parsemé de lactaire sanguins  
Champignons sanguins regroupés sur un faible périmètre La photo de gauche est superbe, on peut y voir un groupe de quatre lactaires sanguins, ayant poussés côte à côte, chose évidente ici, mais qui souvent l'est beaucoup moins. Il faut donc toujours bien inspecter les alentours direct, lorsque vous en trouvez un, car il est très courant que d'autres le talonnent de près. Avec le gros plan ci-dessous, vous constater les jolies couleures qu'ils auront pris ici, chapeaux crème, et des pieds au vert profond.
Cas particulier
Cas particuliers intrinsèques aux lactaires
Lactaire sur un flan de collineVous découvrez à présent à gauche, grâce à ce tout nouveau cliché d'automne 2014, un joli duo de lactaires, qui ont réussit tant bien que mal, à pousser sur le versant d'une pente plus que glissante, et qu'on peut vraiment les retrouver partout, même dans des lieux qui peuvent être quelques fois, extrêmement difficiles d'accès. C'est aussi et par conséquent, des endroits privilégier, que vous devez veiller à ne pas négliger, et bien explorer avec attention aussi.

cas à la forme particulièreOn peu distinguer sur la photo à droite, le cas très particulier, où un
lactaire comestible, aura prit la forme d'un entonnoir, bien plus prononcé encore, que ce qu'ili est courant de rencontrer, puisqu'il a fini par totalement se refermé sur lui même, à tel point qu'il ne nous est plus possible de voir, ne serait ce qu'un infime morceaux de son chapeau. Ici aussi, on constatera une nouvelle fois, la couleure rare d'un vert soutenue, dont s'est paré le pied, mais qui fait d'autant plus, ressortit le creuset spécifique de ses fossettes. 

 

Accueil